Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 avril 2009

Tortuosités

L'air grimaçant que prennent les enfants lorsqu'ils sont confrontés à des syntaxes sinueuses m'amuse. Dernièrement, la grimace de G., cinq ans, après qu'il m'eut demandé, à court d'idées, à quoi on pouvait bien jouer, et que je lui eus répondu: "On peut jouer à faire semblant de jouer."

Commentaires

La syntaxe est un divertissement de vieillards. La Renaissance est un rajeunissement contre le latin, extrêmement syntaxique (si le latin s'est "perdu" après avoir été utilisé dans l'Education nationale pendant longtemps comme un moyen de sélection, c'est en grande partie parce qu'il a été remplacé par l'algèbre qui possède des qualités syntaxiques similaires).

Si l'allemand possède encore des déclinaisons, c'est parce que c'est une langue archaïque, très "médiate", et proche d'ailleurs du latin.
Quand surgissent des "chevaliers du subjonctif", c'est que ça commence vraiment à puer le gaz et à sentir le roussi.

Écrit par : Lapinos | mardi, 21 avril 2009

Je ne partage pas votre avis, Lapinos. Dans le grand huit de la syntaxe - qui n'est pas fait pour les cardiaques - se jouent les joies de la nuance. Le subjonctif cause de grisantes frayeurs dans les trains fantômes... Et ces "chevaliers du subjonctif" ne sont que des animaux de foire, payés pour amuser la galerie.

Écrit par : Marsyas | mardi, 21 avril 2009

Les commentaires sont fermés.