Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 juin 2009

Lettre à un professeur

Cher Monsieur R.,

Je vous connais peu, mais assez pour savoir qu'on vous regrettera, vous et votre voix de théâtre, qui fait si bien sonner l'imparfait du subjonctif. Vous êtes l'un des meilleurs orateurs qu'il m'ait été donné d'écouter. L'appétit me venait rien qu'à vous voir retrousser vos manches et vous frotter les mains, puis vous pencher en avant lorsque vous enseigniez, comme se penche un gourmand impatient, encore debout derrière sa chaise, pour picorer dans le plat qu'on vient d'apporter de la cuisine. Je retiendrai de vous votre humanité et votre humilité, celle qui vous a porté vers les minores, celle d'un homme qui ne "roule pas dans la belle ornière". Et c'est des deux mains que je serre la vôtre, qui n'en est pas à sa première belle page tournée.

Commentaires

tu vas me faire rougir!

Écrit par : stive | mardi, 16 juin 2009

"Le maître était sucre brut, l'élève devint sucre raffiné."
(Proverbe persan)

Écrit par : C.C. | lundi, 22 juin 2009

"Le relâchement de vieilles bretelles soulage moins que l'envol de jeunes tourterelles."
(Proverbe belge)

Écrit par : Marsyas | lundi, 22 juin 2009

Les commentaires sont fermés.