Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 août 2009

Gribouillis d'un standardiste 4

"Le premier homme qui passe est un héros suffisant" a écrit Zola. Ici, le premier homme qui passe est un personnage de conte.
Chaque matin, celui qu'un simplet de ses collègues surnomme Le Chat botté surgit d'un petit bois, au volant d'un tracteur qui tire une douzaine de bennes à ordures. C'est un homme sans âge, un cueilleur de noix à la barbe blanche, qui habite l'un de ces villages biscornus perdus dans les Flandres.
Un jour qu'il s'était immobilisé, les yeux baissés, au saut de son tracteur, je sortis lui demander:
— Qu'est-ce que tu regardes?
— Un papillon, dit-il en ramassant délicatement l'insecte mort. Ça tient à rien, une vie, hein?
— C'est vrai, répondis-je en posant les yeux sur le mort, dont la poussière des ailes s'était logée dans les lignes de la main charnue du bonhomme.
— Combien de temps ça vit, ça?
— C'est un papillon de nuit. Je pense que ça vit plus longtemps qu'un papillon de jour.
— Ça, c'est parce que les nuits sont plus courtes que les jours, lança-t-il gravement, alors qu'il suivait des yeux un envol de grives.
Cette fois-là, il resta accoudé un petit moment sur l'un des wagonnets. Le temps de m'apprendre qu'il était sourcier et qu'un escargot pouvait dormir jusqu'à deux ans;  de me montrer le pendule et le cristal de roche fantôme qu'il garde précieusement dans la poche intérieure de sa veste; et de me laisser, en plus d'une bonne impression, une poignée de raisons de le soupçonner de vouloir faire de moi son disciple.

Commentaires

Ces hommes là ont parfois une discipline utile, celle qui vous sert à parler papillons et escargots.

Écrit par : Flivo | jeudi, 13 août 2009

Mais avec qui parle-t-on papillons et escargots, sinon avec d'autres hommes de la même trempe?

Écrit par : Marsyas | samedi, 15 août 2009

On pouvait, jadis, parler papillon avec Winston Churchill. Maintenant c'est avec les serveurs: « Garçon ! Parlons un peu papillon ». Ou avec James Bond si on a la chance de le rencontrer.

Si vous n'aimez les services ni des serveurs de la reine, vous pourrez parler papillon avec des nageurs ou avec leurs entraîneurs. Philippe Lucas, pour ne citer que lui, se démarque par son excellent accent lepidopterique.

On peut parler escargot avec un boulanger-patissier, même s'il n'a pas lu Dumas. On demandera surtout combien ça coûte puis, arrêtant de baver, on fera diversion en préferant parler croissants.

Écrit par : stive | lundi, 17 août 2009

Les commentaires sont fermés.