Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 septembre 2009

«A mi querido "misántropo"»

"Merci, Schopenhauer, pour cette pensée qui me fournit une large justification: "La sociabilité fait partie des tendances dangereuses, et même ruineuses, parce qu'elle nous met en contact avec des êtres dont la grande majorité est mauvaise moralement et obtuse ou dévoyée intellectuellement." Je sens moi aussi, toujours plus, qu'avoir des contacts, voir des gens, soustrait inutilement des battements au cœur et de la lymphe vitale à l'esprit; je sais que là, au milieu d'eux, trouver quelqu'un capable de me donner ou de recevoir de moi quelque chose de bon est un espoir fou. "Avoir assez en soi-même pour ne pas avoir besoin de la société est déjà un grand bonheur parce que presque toutes nos souffrances viennent de la société, et que la tranquillité d'esprit, qui après la santé constitue l'élément essentiel de notre bonheur, est mise en danger par toute société et ne peut donc subsister sans une mesure considérable de solitude." (On trouvera ces bonnes maximes dans les Parerga, au chapitre V des "Aphorismes sur la science de la vie".)"

(Guido Ceronetti, Le silence du corps, Albin Michel, 1984, p. 87-88)