Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 février 2010

Avis aux amateurs

Ceux qui ont aimé ma "Lettre à la couche-tard de la rue du Beaumart" aimeront sûrement Le Chasseur de Lions, du génial Javier Tomeo: le monologue téléphonique qu'un homme seul adresse à une inconnue. L'énonciation est sensiblement la même, ainsi que certaines des images fantasmées par le narrateur (celle, par exemple, de la princesse dans sa tour).
Et ceux qui ont aimé Le Chasseur de lions aimeront certainement le reste de l'œuvre de l'écrivain espagnol : Monstre aimé, Napoléon VII, ou encore Le Regard de la poupée gonflable.
C'est drôle, c'est sec, et c'est discrètement savant. Du Kafka nourri au jambon ibérique.